En écrivant cet article, je me suis rendue compte ("se rendre compte" c'est une des difficultés du Français... On peut hésiter, un -e ou pas de -e final quand on est une fille. Ne me tapez pas si vous êtes partisans du "pas de -e" :) ) que je regardais beaucoup la télé. Je lis assez peu, en fait. J'écoute pas mal la radio, mais en différé, avec les podcasts, ou alors de la musique sur la route. Mais ce que je regarde, finalement, est assez éclectique. 

Je regarde, en plus des choses vraiment sans intérêt du premier article de cette série, des choses un peu, meilleures. Des divertissements. Des programmes qui sont à mi-chemin entre la glorification de la Star et l'apprentissage d'une valeur ou d'une connaissance. Desfois, la télé me sertvraiment à me vider l'esprit et à me reposer. Mais desfois, je cherche aussi à regarder des programmes qui, bien que pas follement intelligents, peuvent m'apprendre un truc et me cultiver un peu. Faciles d'accès mais pas vides: petit panorama des programmes ni trop exigeants, ni trop bêtes que j'aime bien. Parce que ce n'est pas parce que c'est du divertissement que ça a été perverti par Satan lui-même. C'est comme les burgers: OK, ceux du McDo, c'est de la junk-food, mais ceux du Camion qui fume, moins, quand même. 

Et puis d'abord, pourquoi toujours raisonner en terme de qualité pour la télé? A-t-on vraiment raison de le faire? Parce que si on regarde la télé, c'est pour se détendre, pas pour se cultiver, a priori. Ca nous met dans une situation passive (on regarde un écran, qui nous parle et nous transmet une image), à l'inverse de quand on va à une expo, ou qu'on lit, ou qu'on va au ciné. On le sait. C'est futile d'allumer son poste. Alors pourquoi on ne peut pas profiter tranquille des divertissements sans culpabiliser?

Je suis pour pouvoir regarder en mon âme et conscience un programme qui me distraiera après avoir travaillé. Je me récompense avec la télé. Vive la télé libre, quoi! De la même façon, je lis Rue89 et je suis les actus via les journaux gratuits, mais j'apprécie de lire Femina ou Femme Actuelle. J'adore Zola mais même si je lis principalement de l'ancien, ça m'arrive aussi de lire un contemporain pas forcément renommé: j'ai aimé Hell, par exemple. Et quand j'ai vu Después de Lucia, qui m'a mis une claque comme je l'expliquais récemment à Bonnie, mais j'ai vu Dans la maison que j'ai trouvé nettement moins bon (mais ce n'est que mon avis de non-cinéphile), qui m'a détendue, et j'ai adoré Moi Moche et Méchant 2 alors que juste après j'ai vu Les petits princes et Electrick children. L'éclectisme, c'est bien. C'est pas parce que c'est mainstream, blockbuster ou que c'est produit par une grosse boîte que c'est nul. C'est pas parce que c'est indé, underground, reconnu par les initiés et super peu diffusé (ou alors joué en bulgare pour une pièce, sous-titré en espagnol pour un film...) que c'est forcément super. No judgement, les enfants. C'est peut-être une réaction post-prépa que je fais, une sorte de "je refuse de ne reconnaître que la culture institutionnelle instituée selon des normes que je juge bourgeoises", mais franchement, pensez comme vous voulez. Et si vous kiffez Kaamelot, Groland ou les Simpson, assumez. Venez comme vous êtes, comme dirait McDo'. 

 

969472_541198275922598_1612868493_n

Une pub too much, mais avec un bon message

Dans la catégorie "y va y'avoir du sport... Mais moi j'reste tranquille", les nominés sont: les retransmissions de compétitions, Téléfoot, Automoto (et Turbo), Koh-Lanta, Gym Direct, Tout le Sport.

And the winners are...les retransmissions. Je suis nulle en sport: mais vraiment, style quand j'étais petite on me choisissait toujours en dernier quand il fallait composer des équipes et tout. Mais depuis quelques années, j'ai remarqué que si je détestais faire du sport, en revanche le regarder peut me transporter. Les valeurs du sport, la notion de victoire, d'effort... Tout ça est transposable et ça me parle vachement. Alors si je ne maîtrise pas les subtilités de l'acte en lui-même, j'aime ce qu'il dégage et ça me passionne. Pendant Londres 2012, j'avais la télé allumée 12h par jour pour suivre les compétitions comme les reportages. C'est dingue, mais c'est vraiment ça: j'aime regarder les filles le sport. Tout le sport: pour les mêmes raisons que les compétitions, je ne zappe pas TLS ni Sport 6. Les belles images, l'affiche du jour, la sensation de rester dans le coup et de se tenir au courant me font aimer ça.

And the losers are...les émissions spécialisées qui durent des plombes, genre Turbo et Téléfoot: oui, j'aime ce que véhicule le sport, mais pas au point de mater des émissions de passionnés non plus, faut pas déconner. C'est certainement bien foutu, hein, mais ça parle à trop peu de monde... Alors que les retransmissions fédèrent justement toute la France autour d'un joueur ou d'une équipe. Sans intérêt, pour moi, donc (rappelons que tous ces avis ne sont que personnels). Gym Direct: mais si, vous savez, les nouvelles Véronique et Davina! Sérieusement, comment peut-on se réveiller et se dire "tiens, si je commençais ma journée par faire des étirements et de l'aérobic?". Personnellement je ne comprends pas qui regarde ça. Je trouve qu'il faut être très motivé et courageux, voire kamikaze pour avoir envie de s'agiter devant sa télé. Ou alors avoir envie de reluquer les gens qui bougent, eux, quand on est soi-même retourné à l'état larvaire.

En ballotageKoh-Lanta. Au début, j'aimais beaucoup: la notion de dépassement de soi, de transcendance, de travail d'équipe, tout ça, c'était beau. Mais bon, la télé-réalité et la stratégie prennent beaucoup (trop) le devant sur l'exploit physique aujourd'hui, et c'est pas top. Et franchement, au bout d'une dizaine de saisons, ça devient lassant... Toujours le manque de riz, la pluie, les bêtes, bouffer des limaces crues, le sable, rechercher le point d'eau, pêcher au harpon, être éliminé à la suite d'une conspiration, se peser, être fatigué, bronzer au soleil; toujours pareil: c'est lassant.

Dans la catégorie "laaaaa musiiiiiiiiiqueuuuuh! oui! la musiiiiiiiiiqueuh! je le sais, seraaaa la clééééé... De l'amouuuur, de l'aaaamitiéééé", les nominés sont:  Génération Top 50, Star Academy, Popstars, N'oubliez pas les paroles, The Voice, les clips, Nouvelle Star, Taratata.

And the winners are...The Voice: en fait, ça me lasse déjà, mais au début j'ai trouvé que c'était vraiment bien. Là, TF1 fait trop durer l'émission en longueur (sur la soirée comme sur le nombre de semaines), mais la première saison m'a bluffée. Découvrir des voix avant des personnes, se laisser surprendre, ne pas juger sur le physique: il y avait vraiment un potentiel. Maitenant, la saison 2 m'a franchement blasée: c'était toujours bien, mais le gagnant ne m'a pas convaincue du tout, et on commence à connaître le jury et les réactions qu'il aura. Un brin répétitif, donc., alors que le concept était assez novateur. Nouvelle Star: autre chaîne, autre concours de chant. Alors... Je regardais cette émission depuis 2 ou 3 ans seulement quand elle a été supprimée, mais elle m'a vraiment manqué pendant sa suspension d'antenne. J'aime tout. J'aime les castings où Sinclair est cinglant, Manoukian perché, Maurane attendrie et où le producteur amène sa touche moins artistique mais plus commerciale (je trouve que c'est vraiment un atout d'ailleurs, ce 4ème membre non musicien: il apporte un regard neuf et oriente aussi les candidats vers une réalité plus pragmatique, celle du succès commercial ou du bide, en ne jugeant pas que comme un critique musical mais comme un public factice. Le candidat a donc à la fois les critiques média et spectateurs devant lui, et c'est bien). J'aime Hanouna et ses blagues débiles. J'aime la voix off qui suit les candidats. J'aime l'orchestre merveilleux et ses instrumentations. J'aime la façon humaine dont ça se déroule. J'aime que le jury continue de donner son avis même s'il n'est que consultatif. J'aime que chacun se remette en cause chaque semaine en étant toujours sur la sellette. J'aime tout, quoi. Taratata (et surtout Mon Taratata à moi): je regardais pas très souvent. je n'écoutais pas très souvent. Mais pourtant, je regrette que l'émission soit supprimée... Les lives en duo de personnalités différentes, les interviews relâchées, le style de l'émission, l'impression d'avoir des vrais musiciens passionnés tout le temps sur scène (et Nagui en présentateur très calé), tout ça faisait que c'était une vraie émission de qualité.

And the losers are...les clips: franchement, passer une demi-heure à regarder de la bouse de vache fraîche pour voir UN clip bien foutu, bien réalisé et qui va avec une musique que j'apprécie, je vois pas l'intérêt. Si je veux voir un clip en particulier, je le cherche sur internet... So '90, quoi xD Star Ac': quand j'étais petite, j'ai été très fan de Nolwenn Leroy. Je regardais la quotidienne de la Star Ac', les hebmodaires, j'en ratais pas une. Le concept a vieilli. La télé-réalité qui venait d'arriver en France a pris 10, voire 15 ans. La nouvelle version m'a pas du tout séduite; les élèves franchement pas très bons chanteurs, les présentateurs pas trop crédibles (enfin Delormeau, ça passe encore, mais Tonya Kinzinger, de 'Sous le Soleil' à l'époque où on était gamins, euh, non.), les stars qui ne sont pas venues... J'ai pas compris pourquoi c'était revenu, et j'ai trouvé ça raté. Popstars a joué sur la même vague: le retour gagnant de Nouvelle Star a donné des idées à Laroche-Joubert (qui, ah, tiens, avait aussi produit la Star Ac' au début des années 2000), qui a relancé ce format. Là, pareil, c'est un peu raté: très faibles audiences, du fait d'un concept qui déjà à l'époque était problématique: mettre des gens ensemble, constituer un groupe construit de toutes pièces et les faire jouer ensemble, c'est pas logique. Un groupe, ça se constitue naturellement, normalement...

En ballotageN'oubliez pas les paroles. J'adorais avant, et j'adore quand ce sont des célébrités; les amateurs chantaient très bien, étaient drôles sans en faire trop, et donnaient l'impression d'aimer vraiment ce qu'ils faisaient et le concept de l'émission, et les gens connus sont souvent à la fois très investis et sérieux et très comiques et amusants. J'adore l'émission quand elle est un vrai divertissement, qui fait un peu réfléchir (bah oui, il faut quand même se souvenir des paroles), pas kitsch ni bête, mais pas trop prise de tête avec un orchestre en plus, donc une émission musicale de qualité. Mais depuis la nouvelle version, je trouve que les candidats deviennent vraiment moins bons, qu'ils chantent faux, et qu'ils sont plus intéressés par l'argent. L'émission me semble s'user, et c'est triste. C'est comme Un dîner presque parfait, qui était vraiment un concept pas mal au début, avec des cuisiniers qui valaient le détour, et qui devient n'importe quoi en vieillissant, parce qu'on tire trop sur le filon plutôt que d'enlever l'émission de l'antenne.

Dans la catégorie "c'est doubitchous, c'est fait à la main, roulé à la main sous les aisselles", les nominés sont: Topchef, Masterchef, Cauchemar en cuisine (US/FR), C à vous, Qui sera le prochain grand pâtissier?, Fourchette et Sac à dos, Bon appétit bien sûr

And the winners are...Qui sera le plus grand pâtissier?: il faut déjà que je vous avoue d'emblée quelque chose. Je ne mange pas grand-chose; genre, du pain, des pâtes, du riz, de la semoule, de la soupe en boîte, de la purée, et grosso modo c'est tout. Donc cette chronique 'émissions de cuisine', je la survole un peu, vous comprendez bien, étant donné que je suis vaguement dégoûtée par la viande et le poisson et que je touche peu les légumes ou les fruits. Cela étant dit, la pâtisserie, même si je ne la mange pas, j'aime bien la faire, et j'aime bien la regarder. Et cette émission, bien qu'un peu creuse et pas folichonne, elle donnait à voir de belles images de crème pâtissière et de tarte au citron meringuée, alors j'ai bien aimé. Voilà. Fourchette et sac à dos: au niveau nourriture, n'en parlons pas, ça me passe au-dessus. Mais j'adore le concept: voyager pour découvrir de nouvelles cuisines. C'est entrer par la petite porte dans la culture d'un pays. C'est rentrer vraiment chez les gens, parce que le repas, c'est vraiment un fait social, ça révèle des choses sur nous, et du coup c'est vraiment une façon de connaître des mentalités, une façon d'être et de vivre que de cuisiner avec des locaux. J'aime bien Julie Andrieu, aussi, elle m'est sympathique, alors ça ne gache rien. Cà vous: ok, j'exagère, c'est pas une émission de cuisine. Mais c'est quand même un talk-show construit autour d'un dîner... Là encore, le concept m'intéresse. Recevoir l'invité au bar, c'est le faire rentrer dans une maison un peu familiale, sympa, et manger avec lui à table, c'est carrément se mettre à égalité avec lui. On se parle librement à table. On boit son verre de rouge tous ensemble. Je trouve que l'ambiance est bonne, et j'aime bien. Masterchef: le côté étiré en longueur me fatigue. Mais j'aime bien le fait que ce soit des amateurs, l'émulation qui existe, l'envie de progresser que ça véhicule.

And the losers are...: Topchef. J'y arrive pas. Pourtant j'aime bien Masterchef, mais je sais pas, j'adhère pas autant. Bon appétit bien sûr: c'était une vanne! Avec tout le respect que je dois à Joël Robuchon, franchement, c'est fini et ça vaut mieux comme ça. Si ça continuait, j'aurais l'impression de revoir sans cesse Maïté revenir à l'écran.

En ballotageCauchemar en cuisine. La version US est extrême: le chef Ramsay est très gueulard, quand même. Efficace, mais un peu trop spectaculaire. La version française est plus ou moins édulcorée, mais le message reste le même. Sincèrement, je trouve que le concept est bon: c'est du coaching personnel et entrepreneurial, au même titre que Nouveau Look pour une Nouvelle vie ou que d'autres programmes du même type. Si ça aide des gens, je vois pas où est le problème. Seulement, le montage en épingle des coups de gueule, ou le montage avec de la musique triste dès que quelqu'un est ému, c'est un peu trop pour moi. Ca devrait être mieux fait, je pense, mais c'est pas mal.

Dans la catégorie "Que le spectacle commence!", les nominés sont: Splash, Danse avec les stars, La France a un incroyable talent, The Best, les retransmissions de pièces, Le Plus Grand Cabaret du Monde.

And the winners are...Splash: et j'assume. Tout le monde a craché sur cette émission, en disant que voir des people sauter dans un bassin n'avait rien d'intéressant. Sauf que le plongeon, je le rappelle, c'est un vrai sport, un sport olympique d'ailleurs, qui a vraiment un sens et s'apprend. Le côté "je mets des stars partout pour que ça se vende" est très commercial et très TF1, ça correspond à une image de marque, certes. Mais c'était marrant, en tout cas moi ça m'a vraiment plu. Et rien que pour la vitrine que ça a apporté au plongeon, méconnu du grand public, je mate. Danse avec les stars: je dirais pas que je suis fan. Mais franchement, moi qui ne sais pas danser, je trouve que le côté artistique et sportif de la danse est bien mis en valeur. Ca donne du grand spectacle, c'est assez envoûtant. Les pièces de théâtre: alors là je dis oui. Je suis d'une famille où la vie culturelle n'est pas le plus important. Je suis très rarement allée au théâtre dans ma vie, sauf pendant mes années de prépa où je payais 5€ pour voir une pièce, et où j'en ai vu 20 en deux ans, du coup, ou lors de sorties obligatoires à l'école, au collège ou au lycée. Alors donner accès à tous à des pièces souvent jouées par des acteurs connus par le biais de la télé, alors que beaucoup ne peuvent pas s'offrir le billet d'entrée ou que les pièces ne sont jouées qu'à Paris, c'est une initiative top moumoute. Je ne regarde pas tout, mais ma pièce favorite d'Anouilh (en tout cas, une de mes pièces préférées), Colombe, je l'ai découverte en voyant Sara Giraudeau l'incarner, en direct de Paris, à France 2.

And the losers are...Le Cabaret: parce que le Petit Bonhomme en Mousse et Patrick Sébastien toute une soirée, c'est pas possible. Si on enlève le son et qu'on choisit sa soirée en fonction des invités, ça pourrait être bien. Ca prend un peu trop la poussière. Mais les numéros sont parfois impressionnants. L'émission a gagné des 7 d'or, et c'est représentatif de ce qu'elle est: une émission vieillie, mais appréciée. Incroyable talent: c'est impressionnant, Alex Goude est un dieu pour moi, mais j'accroche pas. En fait, ces choses spectaculaires, j'aime les voir en vrai, et à l'écran ça ne me touche pas autant. The Best: même reproche, l'écran coupe le sentiment que je pourrais avoir. Mais l'idée du fauteuil comme fil conducteur de l'émission est bien trouvée, ça donne envie de connaître la suite. En fait, pour moi, The Best c'est le mélange d'Incroyable talent (orienté vers le cirque), avec des numéros impressionnants, des pros de leur univers, et de Danse avec les stars, pour son jury. Le jury de DALS correspond à ça: Pietragalla, grande chorégraphe et danseuse, très pro, qui note assez sévérement et juge la technique; puis Généreux, danseur  québécois dans un style plus décontracté mais également attentif, mais par contre inconnu au bataillon pour le grand public; Chris Marques, l'excentrique qui monte petit à petit; et... Shy'm, qui est chanteuse et n'a donc rien à faire là, parce qu'à part gagner une saison, bon voilà quoi. Le jury de The Best? Un excentrique transformiste (Brachetti), une femme de danse plutôt tatillone (Martines), une fille qui n'a rien à faire là (Lara Fabian), et un mec spécialiste des arts de la scène inconnu du public (Stella). C'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures recettes, chez TF1...

Dans la catégories "les meilleures vannes sont les plus courtes", les nominés sont: la Minute Blonde, la Minute Vieille, Bref, le Zapping de l'info, les Guignols, Un gars une fille, la Boîte à questions, Sophie & Sophie, Nos chers voisins, En famille, Scènes de ménages, SAV des émissions, la météo de Canal+

And the winners are...La Minute Vieille: je regarde très peu, c'est vrai. Je ne zappe pas sur Arte quand c'est l'heure juste pour regarder ce programme. Mais mettre un programme d'humour comme sur TF1 ou M6 à Arte, je trouve ça culotté. Surtout quand ça concerne la vieillesse: la chaîne montre qu'elle peut rire d'elle-même et c'est top! Et des vieux qui racontent des histoires drôles (et graveleuses, c'est ça qui est drôle), le concept est chouette. Et les blagues sont drôles. Bref: ça fait partie de mon top 10 de ce q'on a vu de mieux à la télé. Tout est génial, à mes yeux. La musique, le style de l'image. Le concept de "bref, j'ai fait ça". Le plan cul, le coloc. C'est génial. Quand j'étais en prépa, un jour, je me suis rendue malade pour un DM de français, je comprenais pas le sujet, je galérais, je devais le rendre le lendemain à 9h, il était 3h et j'avais pas de III, quand je me suis refait l'intégrale de Bref (qui n'avait commencé que depuis 2 ou 3 mois, mais quand même) pour me calmer. Après, ça a été mieux. Ce truc a le pouvoir. Le Zapping: je le met dans une catégorie dédiée à l'humour, mais c'est vrai que c'est pas toujours comique. Selon l'actu du jour, ça peut être vraiment fun (avec la fine fleur des bons mots des real TV par exemple), mais aussi très cruel en poussant à la réflexion (surtout que les images se succèdent sans commentaire): quand on voit un moment de Secret Story où Anaïs pleure comme une drama queen parce qu'Eddy est parti, ça fait rire sur le coup, mais quand on voit sur l'image suivante avec un médecin qui pleure en Egypte parce que tout le monde meurt autour de lui, ça pose un vrai problème. Bref, c'est à la fois sucré et acide, quoi. Les Guignols: je regarde de moins en moins, mais quand j'ai emménagé sans mes parents pour la première fois, c'est l'un des programmes que j'ai tout de suite regardés, parce que mes parents détestent et que je pouvais pas regarder, chez eux. C'est bien construit, c'est pour ça que ça perdure. J'adore Carla Bruni ou Morano, les marionnettes sont excellentes. Pour moi, c'est vraiment l'illustration du contre-pouvoir politique que sont les médias: le seul problème, c'est que parfois ça tire sur l'ambulance et c'est pas toujours super. Mais c'est une belle réalisation. Un gars une fille: c'est pas toujours drôle, mais c'est le début de Dujardin & Lamy, et les suivre tous les jours quand j'étais petite, ça m'a vachement fait rire. C'est rediffusé en ce moment, et je trouve que ça n'a pas trop vieilli. Les personnages archétypaux, le quotidien, leur appart', leur caractère: à force, on se sent comme chez eux, et c'est vraiment sympa. La boîte à questions et la météo de Canal+: je les mets ensemble, parce que tous les deux ont les mêmes avantages et inconvénients. C'est drôle ou pas uniquement grâce à la miss météo ou à l'invité de la boîte à questions. La boîte a ses codes, ses questions barrées, son buzzer, son décor blanc qui rattrapent toujours un invité pas drôle, mais la miss météo, c'est pas toujours sauvable. La seule que j'aie vraiment adoré, c'était Louise Bourgoin. Et ça fait bien longtemps qu'elle ne l'est plus, miss météo... SAV: encore un programme court signé Canal, que je ne suivais pas assidument certes, mais qui est connu par tout le monde. C'est culte, c'est une référence. Je connais peu de gens qui détestent vraiment. J'ai rien à dire de spécial, sinon que ça a marqué l'histoire de Canal. Le package "Nos chers voisins + Soda + En famille + Scènes de ménages + les nouveaux que j'ai pas encore vus mais qui vont être dans le même genre, soit VDM et Pep's": ça joue sur le cocasse, les types, les blagues un peu poisseuses, mais ça marche. Les voisins, ça rappelle forcément des choses à tout le monde (le voisin chiant, le voisin embourgeoisé, le voisin qui paie pas ses loyers), Kev'Adams me fait vraiment marrer avec ses blagues à la con (et ses potes sont juste excellents, comme ses parents), En famille détend l'atmosphère, Liliane & José font rigoler ma mère et les plus jeunes me rappellent des gens de mon entourage, bref, c'est un bon miroir de ce qu'on est, c'est rigolo, alors ça ne se refuse pas.

And the losers are...La Minute Blonde. En fait c'est pas que c'est nul: c'est juste que c'est un peu trop lourd pour moi, ça fonctionne pas bien. Pourtant, le côté concon, la blonde à la voix suraïgue et le format court, ça me plaît... Mais là, j'adhère pas à l'humour. Ca me fait pas rire. Sophie & Sophie: alors là, je comprends pas. Autant, la MB, ça pouvait être marrant sans que j'adhère, soit. Mais là, euh... C'est très court et ça mériterait d'être encore plus court. Elles sont lourdes, un peu vulgos et plus exaspérantes que marrantes. Franchement, je dois louper un truc, mais j'y arrive pas.

Mentions spéciales, "plus c'est long plus c'est bon": On ne demande qu'à en rire, Jamel Comedy Club. Parce que j'aime bien Ruquier, sa liberté de ton, son jury et sa notation, et que j'aimais aussi les artistes du Jamel Comedy Club.

Dans la catégorie "c'est court, mais c'est chouette", les nominés sont: les courts métrages d'Arte, Du côté de chez vous, Parole directe, Là où je t'emmènerai, Consomag

And the winners are...Consomag: c'est bien utile. Franchement, j'oublie souvent tout de suite après combien de temps il faut garder une facture ou comment on fait quand on a un dégât des eaux, mais si j'avais une mémoire plus longue j'apprécierais vraiment. C'est bien fait, clair, et ça apprend beaucoup de petites choses de la vie pratique. Parole directe: je ne regarde plus trop maintenant, mais avant les élections l'an passé et probablement avant celles de l'an prochain, je me suis servie de cet outil de communciation des partis pour voir ce qu'ils proposaient tous. J'avais déjà mon opinion politique, et je l'ai conservée, mais pour connaître les uns et les autres, situer les positions de chacun l'échiquier politique et ses projets, c'est bien utile. Les courts métrages d'Arte, je ne cherche jamais à les voir, mais je tombe parfois dessus. Et je trouve ça top: entre deux programmes, on tombe sur une pastille cinématographique, Comme ça, à l'impromptu. C'est ça, le charme d'Arte. Ca marche à fond sur moi en tout cas.

And the losers are...Du côté de chez vous: au début, ça fait rêver. Après, ça fait baver. Non, sérieusement, tant de luxe et d'opulence dans des maisons d'architectes si bien construites et pensées situées au milieu d'un parc arboré et fleuri de 2 hectares, quand on habite une maison en brique rouge près de la route (en mode bienvenue dans le Nord-Pas-de-Calais) ou un appartement, ou qu'on a pas de toit fixe, ça fait rarement plaisir. Leroy Merlin favorise des putains de maisons bourgeoises, et je suis pas sûre que ça parle à tous les téléspectateurs qui regardent TF1 à 20h50 le week-end et qui attendent qu'Évelyne Dhéliat mette fin au supplice. Tu m'étonnes qu'après certains des plus démunis volent ce qu'ils ne peuvent s'acheter: si la débauche de belles choses est accessible à tous... Là où je t'emmènerai: c'est le même genre, mais avec des voyages plutôt que des maisons. Ca fait plus rêver, cependant. On se sent moins jaloux. Mais ceux qui ne peuvent pas avoir de vacances jamais, je ne sais pas comment ils le vivent...

 Deux autres articles de ce genre sont à venir, mais peut-être pas tout de suite, ça a pas l'air de vous plaire... Et sinon, vous, vous avez le droit de me dire ce que vous zappez et ce que vous matez, aussi =) Ou ce que vous voulez, hein!