Hey :) Je suis désolée de vous avoir abandonnés deux semaines de cette façon alors que j'étais toujours en vacances, mais 1/ y'a eu la Braderie, 2/ mon neveu numéro un est né, 3/ j'ai eu des démarches administratives pour différentes choses à faire, 4/ y'a eu la prérentrée, 5/ je cours parce que j'ai peut-être trouvé un job (on en reparlera dans un prochain article). Donc bon, je suis pas du tout régulière en ce moment mais je ne me contrains pas non plus, so... On verra bien ce que ça donne cette année!

J'en suis à quatre brouillons non terminés à publier un jour, mais je ne suis pas déjà lassée, hein. J'ai juste une brouillonite aigüe :) A venir: un article sur la Braderie de L'île, deux hypothétiques autres sur la télé (suite et fin), et un dernier sur les transports dans la métropole l'îloise. Ca vous dit? (Vous avez le droit de protester sinon, c'est mieux que de s'en ficher une fois que ce sera écrit ^^)

Aloooors... Dans ma ville fort septentrionale, on est passé de 25-30° pendant l'été (la canicule, pour nous autres, êtres venus du froid, vous imaginez bien) à 15° cette semaine. Il refait gris, il repleut: on est revenu à la normale, quoi. En plus, pendant la Braderie, la SNCF a fait grève: pas de doute, c'est bien la rentrée!

p_lycee-stage-pre-rentree

Oh oui! Vive la rentrée!

Après 4 mois (oui, QUATRE) (et c'était LONG) de vacances, j'ai donc fait ma prérentrée dans ma magnifique université (non mais en vrai je l'aime bien, mais si je ne me moque pas, je ne suis pas moi-même, comprenez-moi!). 

J'avais une date, une heure, une salle. Un emploi du temps incompréhensible avait été posté sur le site de la fac dès juillet, mais au moins c'était une ébauche et c'était déjà ça. Ca commençait bien, pour une fois. Je pensais que le département de Sciences du Langage (dont je dépend maintenant) était mieux organisé que le département d'Humanités (auquel appartient le domaine des Lettres Modernes, là où j'étais avant). J'y croyais, naïvement. J'avais de nouveau foi en l'administration de L'île-Troie (coucou la copine qui a pensé ce surnom, on a le même humour ^^). C'était deux heures avant la prérentrée.

Mais ça, c'était avant. J'étais bien bête. 

Quand je suis arrivée à la fac, très en avance parce que j'ai toujours peur d'être en retard et parce que je suis stressée, je suis allée faire un tour au secrétariat de Sciences du Langage, pour voir si on avait un emploi du temps ou quelque chose d'affiché au tableau de l'UFR (un tableau en liège est disponible à chaque Unité de Formation et de Recherche dans la fac, on le consulte pour savoir qui est absent, quand s'inscrire à tel truc et compagnie). Premier hic: "pourquoi on n'a que 4 cours d'affichés sur le panneau? Parce que j'ai un peu un entretien d'embauche demain où je ne suis prise que si mon emploi du temps correspond à mes employeurs, donc je vais avoir besoin des horaires, quand même, et pareil pour tous les gens qui bossent..." me suis-je dit. Mais bon. Je me suis dit que pendant la réunion, on aurait l'emploi du temps fixe, et que ça irait...

Moi, naïve? Noooon, enfin. Jamais... Ja-mais.

En panique, je suis donc allée poireauter l'heure qui restait devant la salle. J'ai textoté une copine, qui m'a dit que tout allait bien se passer. J'ai attendu les filles que je connaissais et que j'aimais bien en FLE l'an passé. Une seule est arrivée au bout de 45 minutes, je me suis sentie seule. Des gens m'ont reconnue, fait signe de loin, et... sont allés parler à leurs potes. On a discuté avec des gens autour de nous. Et puis les profs sont arrivés, on est rentrés dans la salle, et la vraie prérentrée a commencé.

La réunion devait durer une heure, elle a duré un peu moins que ça. Ca a été un fouillis sans nom. Les profs ne savaient répondre à aucune question. On nous a présenté brièvement les cours, les quelques profs qui étaient là se sont présentés, nous ont expliqué de quelle composante ils étaient responsables, bref, le blabla de base quoi. On nous a fait remplir une fiche pour les deux ou trois options à choisir (2 cours à choisir parmi 3 propositions pour la linguistique, + 1 choix de langue), avec nos numéro de téléphone, adresses postale et mail et autres informations classiques.

Et là, c'est le drame. Tout à coup, la prof n'a plus rien à dire, alors on nous distribue l'emploi du temps. Ce bout de papier sacré, qui va décider de notre vie, de notre scolarité même! (Non, je n'exagère pas, c'est faux xD). Il est indescriptible. A trous. En gruyère. Chaque semaine il est différent. On a peu de cours par semaine, mais plein d'heures (genre des cours de 4 heures d'affilée, en mode "rien ne nous fait peur"). C'est effroyable! Non, là j'en rigole mais en vrai, c'est la galère. J'écrirai peut-être un article comparatif sur les différents emplois du temps que j'ai expérimentés dans le supérieur un de ces jours...

Voilà pour cette prérentrée (racontez-moi la vôtre, qu'on rigole un peu!). Pour la suite, wait & see...