Avec une copine de la fac (cc L*), qui était elle aussi en prépa (mais pas dans la mienne) en L1 et en L2, on s'est tout de suite bien entendues quand on s'est rencontrées au début de l'année dernière, à l'arrivée en fac. Très vite, on s'est découvert des points communs. Parmi ces points communs, il y avait la hantise du cours de latin le mercredi matin (oui, franchement, c'était pas humain), mais aussi le plaisir de regarder des émissions pourries à la télé, à tel point qu'on a fini par biatcher (oui, j'aime ce mot, et j'emmerde les gens qui me diront que ce n'est pas franco-correct)  ensemble sur ces programmes. =)

Je sais que l'attirail du Littéraire Parfait (ça fait très "mallette du petit chimiste", dit comme ça :) ), ce serait plutôt un verre de rouge ou un chocolat chaud, ou même un thé sur une table basse, devant un feu de bois rougeoyant, lisant un Tolstoï ou un Balzac, écoutant d'une oreille distraite France Culture et n'utilisant sa télé que pour regarder Arte. Je sais bien. Mais moi, je ne suis pas ça. Mais alors pas du tout. Avant j'adorais le chocolat chaud, mais maintenant je digère mal le lait; je ne bois pas de vin, je ne comprends pas l'intérêt de boire de l'eau chaude, mais j'adore le Coca; si chez mes parents il y a bien une cheminée, chez moi il n'y a que du chauffage électrique; je n'ai jamais lu de littérature russe; je podcaste France Culture (et France Inter) mais franchement beaucoup d'émissions me semblent dédiées à un public intello maîtrisant des références ardues sur lesquelles le commun des mortels se casse les dents, alors j'écoute aussi RTL2; et surtout, surtout, je suis friande des émissions débiles de la télé, et peu de choses me plaisent à Arte, même si parfois c'est très intéressant et pas trop "les intellos parlent aux intellos". J'ai même pas de mention très bien au bac de toute façon, et j'aime pas la philo: je suis vraiment une littéraire ratée xD

Alors j'ai décidé de vous faire profiter de ce que je regarde, dans le petit écran. Peut-être qu'on me regardera de haut après, qu'on me dira que je mériterais d'être reniée, que je fausse la soit-disant propriété des littéraires qu'est l'élévation d'esprit. Mais je suis sûre que mes plaisirs "coupables" sont ceux de plein de monde. Sauf que moi j'avoue, et que j'ai même pas honte. Alors voilà, j'assume. J'aime la télé-poubelle qui me détend et me distrait. Je le dis. Petit tour d'horizon sous forme de remise des prix, et un peu de "je zappe/je mate" aussi. Let's go!

tele-lcd-947

Dans la catégorie "Bal des horreurs", les nominés sontTous Différents, Tellement Vrai, Obèses : perte de poids extrême, Secret Story, Nouveau Look pour une Nouvelle Vie, Belle toute nue, C'est ma vie, Les Anges de la Téléréalité (& associés : l'Amour est aveugle, l'Île de la Tentation, les Ch'tis à Mykonos, les Débiles, les Marseillais et j'en passe et des meilleures).

And the winners are...: Tous, sauf les Anges et leurs divers lieux d'arrivage. La télé-réalité, ça détend en été, ça console en hiver, ça amuse quand tout est terne à l'automne et ça réveille au printemps. Ca a le goût du bonbon acidulé. On se sent intelligent quand on regarde ça, aussi... Tous différents (et Tellement vrai): ça me rassure toujours de voir qu'il y a pire que moi. Ca passe le temps, ça me fait rire (comment ça "c'est méchant?", ils n'avaient qu'à pas s'exposer comme ça), c'est toujours des cas. C'est pitoyable, mais j'en suis fan. C'est ma vie est dans le même principe, en plus soft: je suis une spectatrice voyeuse et j'adore ça. Obèses; j'ai regardé une seule fois. On voit tout le cheminement et je trouve ça horrible. Ca fait tellement pitié qu'ils se montrent comme ça à la télé, aucun intérêt. Ca mérite la récompense de la télé-réalité la plus gore, peut-être. Nouveau Look pour une Nouvelle Vie (et son corollaire Belle toute nue): je trouve le principe un peu moins voyeur, un peu plus utile. Ca continue de filmer des gens en détresse, souvent un peu bizarres (mais ça s'arrange, maintenant), mais ça les aide, et puis quelqu'un intervient pour leur dire qu'il fait faire quelque chose. J'ai du mal à croire qu'ils changent tous du tout au tout après, mais au moins sur le moment ça redore l'estime de soi de ces gens, et c'est bien. Et puis franchement, Carmimolla et Cordula, rien que pour eux, je pourrai regarder n'importe quoi... Secret Story: quand ça a commencé, j'étais en train de passer de la 3ème à la seconde, et avec mes potes, on a fait un jeu pour parodier l'émission. On s'est moqués tout l'été des candidats et de l'émission en la regardant au second degré. Et franchement, ça fait 7 ans, et je connais bien le système et je sais ce qui va se passer à chaque fois, mais ça m'amuse. Eddy le gay hyper funky, Florine la Barbie ratée, Alexia qui tombe amoureuse du mauvais garçon, Anaïs au caractère bien trempé, Gautier le stratège etc: toujours les mêmes stéréotypes, toujours la même trame, toujours une real TV d'enfermement, toujours des missions secrètes, toujours les pièces secrètes, toujours la guerre des clans, mais ça a le bon goût de l'été et ça m'amuse. 

And the losers are...: les Anges et leurs fournisseurs officiels. C'est vraiment trop... Too much. Qu'on fasse dans le débile-drôle, oui! Mais dans le débile-profond, c'est moins marrant quand même. Les télé-réalités, c'est marrant parce qu'ils débarquent naïfs et un peu benêts sur les bords, et qu'il n'y a pas d'intérêt: s'ils maîtrisent les codes du genre ou qu'ils jouent de leur notoriété, ça perd de sa fraîcheur et de sa légéreté. Bref, pour moi ça marche pas. Mais 5 minutes par ci ou par là, c'est quand même drôle, je l'avoue (avant de prendre un air offusqué pour parler de Nabilla, qui peut affirmer qu'il n'a pas ri en entendant les seins sur pattes parler de la guerre de 78 ou du désormais fameux "allô"?).

Dans la catégorie « je ne suis paaaaaaas un acteur ! Faut pas croire ce que dit la télé (scripted reality quand tu nous tiens) », les nominés sont: Le Jour où tout a basculé, Hollywood girls, Mon histoire vraie, Petits secrets entre voisins, Au nom de la vérité

And the winners are...: toutes les scripted realities sont conçues sur le même cocktail explosif: acteurs qui jouent de façon exagérée, mal, et intrigues qui tournent toutes autour de la trahison, du mensonge, du secret, et compagnie. Mon histoire vraie et Au nom de la vérité me plaisent peut-être simplement parce qu'ils sont diffusés le matin, que ça me réveille, que ça me fait commencer la journée du bon pied, sans me prendre la tête. Il n'y a pas de recherche particulière, les voix off sont pleines de suspense, c'est nul, mais j'adore, quoi. Petits secrets entre voisins est in juste parce qu'il a ce petit truc en plus de s'intéresser aux voisins, et qu'on s'y reconnaît un peu plus (qui n'a jamais observé ou écouté ses voisins?).

And the losers are...: Je suis moins fan du Jour où tout a basculé parce que c'est vraiment kitsch, avec des bruitages dignes de ceux des telenovelas vénézuéliennes diffusées sur France Ô. Hollywood Girls, j'ai jamais tenu assez longtemps pour donner un réel avis, mais c'est un peu le pire de ce qui peut exister j'ai l'impression. Déjà, Ayem ("Ayem, enchantée", je ne m'en suis jamais remise, pour ceux à qui ça parlerait) joue dedans, et Shauna Sand (une Barbie ratée parmi tant d'autres) aussi. Et le scénario est affreux, et voilà, c'est juste kitschissime. Ca vaut un globe de cristal, mais juste pour les globes en plastique des filles qui jouent dedans... 

Dans la catégorie "ils sont allés tellement loin dans l'immersion qu'ils s'y sont noyés (on joue à changer de vie?)", les nominés sont: "Zita, dans la peau de...", "Ta mère en 6e", "On a échangé nos mamans", "Vis ma vie", "Panique pas papa!" (et son corollaire "Une semaine sans les femmes", aussi), "Patron incognito"  / "Confessions intimes", "Toute une histoire".

And the winners are...: tous les losers que ces émissions représentent. Non, j'exagère, desfois c'est intéressant, desfois ça singe même le reportage, mais franchement, ça fait illusion sur qui? Personne n'y croit! Zita s'est tellement noyée que ça fait un an qu'on la cherche dans la vase de l'étang de la télé, parmi les cygnes et les canards. J'espère qu'elle refera surface parce que sans être vraiment informatif, sa façon de faire du 'journalisme d'immersion' commençait un peu à toucher au journalisme, ça avait un sens. L'épisode où elle se met dans la peau d'une femme obèse était assez réaliste, à mon sens. Vis ma vie a aussi disparu des écrans radar, un peu à la même époque que Bataille et Fontaine me semble-t-il: pourtant, l'idée de base est assez intéressante, échanger son métier et sa notoriété contre ceux d'un boucher ou d'un plombier était plaisant à voir. Mais non, maintenant, ça ne marche plus assez... C'est bien triste! Sinon, je regrette Super Nanny, qui savait faire évoluer les choses dans le bon sens, même si c'est toujours un peu dérangeant que ça se fasse devant des caméras. C'est un peu triste qu'il faille toujours être une femme bien, une mère parfaite, une employée modèle, mais résoudre les problèmes, s'ils sont trop énormes, c'est quand même une bonne solution, et elle arrivait à guider la famille vers la bonne direction. D'ailleurs, une émission du même genre devrait voir le jour bientôt: de même, Pascal le grand frère est en train de revenir à l'écran, mais le Pascal n'est plus le même. On a échangé nos mamans était assez drôle: on voyait des familles changer de matriarche, et l'autoritaire était remplacée par la baba cool etc. Du coup si elles étaient assez réfléchies, ça donnait une vraie réflexion sur les méthodes éducatives et la relativisation de ce que l'on fait, mais si elles étaient nunuches, c'était juste fun. On gagne à tous les coups, quoi. Dans le moins voyeur et le mieux réalisé, on a eu l'attendrissant Panique pas papa!: c'est produit par Alexia Laroche-Joubert mais c'est loin des grosses émissions qu'elle produit d'habitude. Il s'agit de laisser les enfants avec leur père et sans leur mère une semaine. Les papas vivent ensemble dans une maison, sont aidés par un expert, et apprennent à mieux maîtriser leur rôle de père. C'est encore un programme qui cherche à apprendre à des gens comment être meilleur et compagnie, mais c'est franchement bien foutu, assez mignon, et ça illustre quelque chose d'assez réel. C'est moins télé-poubelle que d'autres programmes sus-cités. Une semaine sans les femmes fonctionnait sur le même principe: une semaine où les femmes quittent un village, et où le village se retrouve donc uniquement avec les hommes et les enfants. Rien n'était écrit, il fallait qu'ils avancent et qu'ils voient comment ça se passe pour eux. C'était assez juste, malgré les caméras, les gens continuaient de vivre. Une semaine sans électricité avait aussi vu le jour sur France 2, mais ça a moins bien marché et du coup ça s'est arrêté, il n'y a plus eu de Une semaine sans... . C'étaient de beaux récits, j'aimais vraiment. Ta mère en 6ème était vraiment funky: c'était une sorte de vis ma vie, les mamans d'élèves de 6ème retournaient en cours. Franchement, c'était moins réfléchi, moins intelligent, mais tellement jouissif: elles adoraient revenir dans une classe, puis elles se rendaient vite compte qu'il y avait des règles là aussi, et qu'elles ne maîtrisaient pas tout... Régressif, quoi. Et enfin, Patron incognito me semble assez intéressant. C'est un patron qui se déguise et qui se fait passer pour un employé de son entreprise: du coup, il observe comment travaillent vraiment ses employés, comment fonctionne l'entreprise, comment il est perçu etc. C'est à double-tranchant: c'est une vraie belle aventure pour le patron, qui peut en tirer des leçons, mais pour les employés, qui sont dupés et trompés, ça doit être dur à accepter et il doit y avoir un sentiment d'être observé tout le temps après. En tant que spectatrice en tout cas, je trouve ça bien fait, et c'est plutôt une bonne idée à mon sens.

And the losers are...: les émissions où on filme la vie des gens, qui après viennent témoigner sur un plateau, alors que leurs reportages sont truqués et que les sujets sont lourds. J'adore Toute une histoire et Confessions intimes quand le sujet c'est "j'ai une passion dévorante pour Johnny"  ou "j'ai la phobie des chats", mais si c'est un sujet plombant comme "mon enfant a disparu depuis 8 ans" ou "mon mari est mort le jour de mon accouchement, à Noël", franchement, c'est moins fun, et ça instrumentalise la douleur des gens. C'est comme aller chez un psy mais en public, et j'ai du mal avec ça. Et je peux pas sacquer Sophie Davant, Delarue était tellement meilleur dans cette émission et dans Ca se Discute... Sinon, je n'ai jamais regardé Harry Roselmack dans son émission d'immersion, mais si vous la connaissez, je suis curieuse de savoir ce que vous en pensez! 

Dans la catégorie "la mesquinerie, ça paie toujours! règlements de compte et crêpages de chignon en pagaille", les nominés sont: Quatre mariages pour une lune de miel, Bienvenue chez nous, Un dîner presque parfait, Une semaine pour faire la fête, Les reines du shopping.

And the winners are...: tout le monde, sans aucune exception! C'est le summum des émissions débiles, mais c'est ce qui me fait le plus de bien. Si j'ai survécu à ma khâgne, c'est grâce aux mariages et aux meufs qui se critiquent à coups de "sa robe la boudine", "un buffet froid? Pour un mariage? Srsly? Beauf, va", " nous n'avons pas les mêmes valeurs: moi, mon mariage, c'est dans un château, hein, pas une salle des fêtes de zone commerciale", ou encore "c'tait mort, zéro ambiance, j'avais envie de m'allonger sur la table d'ennui, en mode cachalot". Quand l'émission a pris des vacances, Bienvenue chez nous l'a remplacée: au début, j'ai trouvé ça moins marrant, juger des chambres d'hôtes (en plus, imagine l'impact d'une mauvaise note sur la fréquentation de l'établissement, après: si t'as pas la moyenne, tu peux fermer, l'angoisse de jouer ta carrière juste pour un jeu télé). Finalement, j'adore le moment où ils découvrent la chambre avec leurs hôtes puis seuls (souvent, avec les hôtes ils font genre "whaou, c'est top" et dès qu'ils sont partis, ils critiquent), le moment de l'inspection ("il y a un poil sur le lit! Oh mon Dieu", "n'importe quoi de laisser de la poussière derrière le radiateur" et compagnie), et le moment où ils laissent les notes. Ca fait desfois un peu mal au coeur, mais en général, c'est drôle. Un dîner presque parfait commence à vieillir et à tourner en rond, mais les gens qui participent valent souvent le détour (la fois chez Francis Lalanne ou chez l'excellent Dadyday -sa chanson, qui est allée à Incroyable talent, est écoutable sur Youtube, si vous avez besoin de rigoler (ne me remerciez pas)- sont collectors, par exemple), alors ça vaut le coup d'oeil. Les reines du shopping: affreusement cruel, affreusement drôle. Ca balance sur le physique, ça dépense sans compter, ça court en talons dans la rue... Du grand art. Normalement ça revient à la rentrée sur M6. Miam miam, je n'en ferai qu'une bouchée.

En dehors de ces quelques catégories, je décerne un prix d'honneur à "Lou!", dans la catégorie "c'est plus de mon âge" (c'est un chouette dessin animé, pas bête, avec du beau dessin, une préado, une mère fan de jeux vidéo, et un pizzaiolo. Ni trop naïf, ni trop réaliste). J'offre une récompense aussi à "Plus Belle la Vie", dans la catégorie "c'est pas encore de mon âge": c'est une récompense de l'étrange. Je n'aime pas la série, je trouve que le scénario est mal fichu, que toutes les intrigues s'étalent trop en longueur, que c'est pas réaliste, que certains acteurs ne sont pas géniaux, mais mes parents regardent. Donc quand je suis chez eux, étant donné qu'on regarde tous la télé le soir et qu'on mange avant l'heure fatidique de 20h17 (début du feuilleton, pour ceux qui ont la chance de l'ignorer), je regarde avec eux. Et du coup, après, j'ai envie de savoir comment ça s'est fini. Et voilà, on tombe dans l'engrenage. Pourtant je n'aime pas vraiment ça: alors pourquoi?

En revanche, rien pour les bêtisiers ni pour Amour, Gloire et Beauté. N'insistez pas! Je zappe systématiquement ça. C'est tout... Pour le moment =)